Menu Close

Articles on flux migratoires

Displaying all articles

Des gardes-frontières biélorusses patrouillent à la frontière entre la Lituanie et la Biélorussie, à Salcininkai, en Lituanie, le 27 mai 2021. Petras Malukas/AFP

La Biélorussie, d’État pivot à nouveau rideau de fer en Europe ?

La crise sans précédent que traverse la Biélorussie depuis un an, marquée par un net durcissement d'un régime déjà autoritaire, a durablement coupé ce pays de l'UE voisine.
Des militants lors d'une manifestation contre la traite des esclaves et le trafic d'êtres humains. Gulshan Khan/AFP via Getty Images

Pourquoi l’« esclavage par ascendance » subsiste encore au Mali

Malgré l’abolition de l’esclavage en 1905, ce fléau n’a pas totalement disparu au Mali, où les supposés « descendants » des esclaves d’antan continuent d’être catégorisés comme esclaves eux-mêmes.
Le 5 novembre 2020, mors d'une visite à la frontière entre la France et l'Espagne, Emmanuel Macron annonce que le nombre de gardes-frontières sera doublé, passant de 2 400 à 4 800, « en raison de l'aggravation de la menace du terroriste ». Guillaume Horcajuelo/Pool/AFP

Les (ac)crocs de Schengen : l’ombre portée du passé sur le projet français de réforme

Emmanuel Macron souhaite réformer l’espace Schengen. Ce n’est pas la première fois que ce système est jugé insuffisant depuis sa création en 1990, loin de là…
En juin 2019, des migrants vénézuéliens qui attendent à la frontière du Pérou et de l’Equateur pour dépose leur demande d’asile. Cris Bouroncle/AFP

Comment le Pérou a fermé la porte aux migrants vénézuéliens

La profusion de dispositifs légaux et leur instabilité rend difficile voire impossible pour les migrants vénézuéliens de construire leur projet dans le pays.
Les effectifs d’étudiants en provenance des pays d’Asie, d’Amérique et de l’Union européenne sont en hausse à partir des années 2000. Shutterstock

Attirer les « meilleurs » étudiants étrangers : genèse d’une politique sélective

Les mesures actuelles promues par le gouvernement s’inscrivent dans le prolongement d’une politique sélective de l’immigration mise en place en France depuis 2003.
Le chercheur guinéen Alpha Keita, dans le laboratoire à l'Institut national de santé publique, à Conakry. Alain Tendero/Divergence-images.com

Chercheur à Montpellier, voici pourquoi j’ai choisi de revenir en Guinée

Le mot « repatrié » s’applique aux personnes qui décident de rentrer en Afrique alors qu’elles ont un travail en Europe. Récit d’un scientifique mobilisé dans la lutte contre Ebola.
Le chercheur guinéen Abdoulaye Touré, dans son bureau au Centre de recherche et de formation en infectiologie de Guinée (Cerfig). Alain Tendero/Divergence-images.com

Chercheur à Lyon, voici pourquoi j’ai choisi de revenir en Guinée

Les citoyens des pays du Sud partis travailler dans ceux du Nord sont encore peu nombreux à décider de rentrer chez eux. Témoignage d’un « repatrié » heureux, investi dans le combat contre Ebola.
Les flux et les chiffres ne doivent pas faire oublier l'essentiel : les vies humaines. Nicolas Economou / Shutterstock

Non, les demandeurs d’asile ne sont pas un fardeau pour les finances publiques européennes

Selon les sondages, nombre d’Européens pensent que les migrants pèsent sur les finances publiques. Pourtant, la recherche démontre qu’au contraire, l’immigration est plutôt positive pour l’économie…

Top contributors

More