Articles on sondages

Displaying 1 - 20 of 23 articles

François Fillon (ici le 23 avril), éliminé au premier tour, contrairement aux « prédictions » de Filteris. Christophe Archambault/AFP

« Mieux que les sondages », ou les menues escroqueries intellectuelles de Filteris

Afin de sauver le candidat Fillon, les sondages d’intention de vote ont été dénigrés et de pseudo métriques ont été artificiellement valorisées pour faire advenir une réalité que le scrutin a démentie.
Emmanuel Macron (ici à Garches, le 25 avril), est arrivé en tête au premier tour. Comme le prédisaient les sondages. Philippe Wojazer/AFP

Pour une critique de la critique des sondages

Le procès fait aux sondages est un mélange détonnant d’arguments fondés, de fantasmes, de mauvaise foi crasse et d’ignorance de la réalité du travail des sondeurs.
Benoît Hamon, en meeting à Captieux (Sud-Ouest), le 16 avril. Mehdi Fedouach/AFP

Les audaces contrariées de Benoît Hamon

Le candidat de la « Belle alliance populaire », Benoît Hamon, n’est plus désormais crédité que de 7 à 8 % d’intentions de vote. Comment en est-il arrivé là ?
Cours de mathématiques. Les intentions de vote pour le Front national restent bien plus faibles chez les professeurs que dans le reste de la population. Wavebreakmedia

Le vote FN des enseignants, une bulle médiatique ?

Les intentions de vote pour le Front national augmentent chez les professeurs. Mais le phénomène n’est pas aussi spectaculaire que certains médias et instituts de sondage le laissent croire.
Lundi 10 avril, début de la campagne officielle, ici à Strasbourg. Frederick Florin/AFP

Sondages d’intention de vote : donnez-nous les marges d’erreur !

Dans un contexte de forte incertitude électorale, les marges d’erreur des sondages rendent visibles tous les scénarios électoraux potentiels. Les médias devraient publier les résultats avec ces marges.
François Fillon, en meeting à Provins, le 5 avril 2017. Christophe Archambault/AFP

Fillon–Le Pen : un « vote caché » peut en cacher un autre

Les sondages qui donnent tous Marine Le Pen perdante à l’issue du deuxième tour pourraient bien être confrontés à une zone muette sous-jacente et donc à un vote caché en faveur du Front national.
François Fillon en campagne, le 2 mars 2017, à Nîmes. Pascal Guyot/AFP

Les médias font-ils l’élection ?

L’impact des médias réside moins dans le poids des révélations sur tel ou tel candidat que dans l’orientation des électeurs sur certaines figures ou thèmes de campagne.
Emmanuel Macron, le 2 mars 2017 à Paris. Lionel Bonaventure/AFP

Emmanuel Macron, ou l’effet bandwagon

Au niveau des électeurs, cet effet est dévastateur pour le premier tour, voire pour la politique. Car le sondage semble désormais servir de premier tour.
Dans un bureau de vote à Rennes, le 27 novembre 2016. Damien Meyer/ AFP

Ne confondons pas sondages et prévisions

Il ne faut pas parer les sondages de vertus miraculeuses. Les études quantitatives n’ont pour but que d’évaluer une opinion, une intention, une action à un moment donné, avec une marge d’erreur.
Ni les sondeurs ni les médias n'avaient vu venir la vague Trump. Gage Skidmore/Flickr

L'avertissement Trump

Le problème n’est pas tant un effet d’imitation, qu’un effet de démonstration, ou d’avertissement : après la victoire de Trump, nous savons que les forces d’extrême droite peuvent l’emporter.

Top contributors

More