Articles sur poissons

Affichage de 1 à 20 de 47 articles

Une cigale de mer, Parribacus antarcticus, un « animal préhistorique » comme un autre. Frédéric Ducarme

Nous sommes tous des poissons préhistoriques

Des « animaux préhistoriques », comme des requins ou des poissons semblant arriver d’un autre âge, font parfois les gros titres. Pourtant toutes les espèces connues sont « préhistoriques ».
Les océans contiennent tellement de plastique que les poissons le confondent avec leurs proies. dustan woodhouse RUqoVelx / Unsplash

Quand les jeunes poissons mangent du plastique au lieu du plancton

Les larves de poisson se nourrissent de plancton mais de plus en plus de plastiques de taille similaire sont présents dans les océans donc les chances de consommer du plastique augmentent.
Les ventes des fines tranches roses qui se dégustent sur canapé triplent à l’occasion des fêtes de fin d’année. Image Point Fr / Shutterstock

Podcast : Le saumon, dans les remous de l’industrialisation et de la mondialisation

Réveillon chez le Pr Lévêque, épisode 2/3. CC BY27,2 Mo (download)
L’industrie et le commerce et de ce poisson au cycle de vie si particulier s’inscrivent pleinement dans les grandes tendances de l’économie contemporaine.
Aussi appelé rascasse volante, le poisson-lion qui peut atteindre près de 50 cm possède de longues épines le long de sa nageoire dorsale. Shutterstock/Vitality6447

En Méditerranée, l’inquiétante invasion du poisson-lion, prédateur redoutable

Originaire du Pacifique Sud et de l’océan Indien, le poisson-lion a désormais élu domicile dans d’autres régions du monde. En Mer méditerranée, ce prédateur redoutable dévaste les écosystèmes marins.
De tout petits poissons jouent le rôle terrible mais crucial de nourrir la merveilleuse faune colorée que les récifs coralliens abritent. Tane Sinclair Taylor

Tels des M&M’s, ces petits poissons maintiennent la vie dans les récifs coralliens

Les récifs coralliens abritent quantité d’espèces alors même que la nourriture y est rare. L’explication ? La présence d’étonnants petits poissons, que la faune locale dévore comme des bonbons.
Vedette hydrographique de l'ENSTA Bretagne passant au sondeur multifaisceau sur l'épave du Cobetas (rade de Brest). Nathalie Debese/ENSTA Bretagne

Plongées acoustiques sur l’épave du Cobetas

Des technologies innovantes permettent de réaliser de véritables échographies des fonds marins avec les épaves qui s’y trouvent. l’exemple du Cobetas, échoué en rade de Brest depuis 1918.
L'océan absorbe environ un tiers de nos émissions de CO2 ; mais au rythme où l'on va, les eaux saturent. Marek Okon/Unsplash

L’acidification des océans, l’autre danger du CO₂

En absorbant du CO₂, l’océan limite l’augmentation de l’effet de serre. Mais au rythme actuel des émissions humaines, cette absorption entraîne une dangereuse acidification des eaux.
Introduire des pratiques de gestion durable de l'océan est devenu impératif. Ici, vue sous un épais radeau de sargasses (algues brunes). Sandrine Ruitton/IRD

S’inspirer des traditions polynésiennes pour préserver l’océan

Pollutions, surexploitations, compétitions, l’avenir de l’océan est alarmant. Alors que la journée du 8 juin lui est dédiée, apprenons des initiatives locales pour sa gestion durable.
Le cœlacanthe actuel Latimeria dans son milieu naturel, en Afrique du Sud. Laurent Ballesta, Gombessa expeditions, Andromede Oceanology Ltd (from the book Gombessa, meeting with the coelacanth)

L’étrange cœlacanthe passé aux rayons X

Espèce menacée vivant dans les profondeurs marines, le cœlacanthe passionne depuis sa découverte en 1938. Notre nouvelle étude révèle pour la première comment son crâne et son cerveau se développent.
L'étude des poissons pourrait bien nous sauver la vie. Annie Spratt/Unsplash

Enfin un nouvel antibiotique ?

Nous avons cruellement besoin de nouveaux antibiotiques pour lutter contre des bactéries devenues multirésistantes. L’étude du mucus de la peau des poissons semble être une excellente piste.
Lors d’expériences conduites en laboratoire, des demoiselles tropicales ont vu leurs populations se masculiniser suite à une hausse des températures. Mirko Rosenau/Shutterstock

Température, stress et sexe : le changement climatique va-t-il masculiniser les poissons ?

Chez certaines espèces marines, la température de l’eau détermine le sexe. Le changement climatique pourrait ainsi affecter la proportion de mâles et de femelles chez certains poissons.
Un bar géant à l’Académie des sciences de Californie. L’odorat des poissons est très affecté par un niveau élevé de CO2 dans l'océan. Togabi/Wikimedia

Toujours plus de CO₂ dans les eaux perturbe l’odorat et le comportement des poissons

La concentration du CO₂ dans l’océan affecte la manière dont les poissons détectent les prédateurs, leurs congénères ou la nourriture. Une menace pour des populations entières de poissons.

Les contributeurs les plus fréquents

Plus